mardi 31 mars 2020

La Danse de l'Invisible : création pluridisciplinaire en cours 2020/2021

«Nous sommes en perpétuelle métamorphose»



Au centre de ce projet pluridisciplinaire c'est donner corps à un langage, exprimé au travers du mouvement et de l’art plastique. 
C’est révéler une «danse de l’invisible», une mémoire et une identité en constante mobilité, une absence présente, le «trou de mémoire» de ce qui nous échappe mais reste inscrit, comme l’oubli qui révèle ce qui a été. 

Inspirée du texte III de l’œuvre de Nathalie Sarraute, ICI, «La danse de l’invisible» souhaite donner corps à un langage impalpable, évanescent et éphémère. 
Au travers des mots de Nathalie Sarraute: «l’absence irréparable de la disparition...», «son nom m’échappe...», «il n’est plus inscrit», «l’assurance qu’il ne pourra plus disparaître, que rien jamais ne disparaîtra plus.»

A l'aide des objets, comme:

 une structure rouge élastique comme métaphore de la langue, la peau et de la mémoire mouvante
 le bâton: point d’appui, d’ancrage, de repère, de rythme, personnage
 une musique et des sons “au bout de la langue”: ce qui ne peut pas être dit mais qui est fortement présent dans la conception d'un mot, une phrase


 
Le projet

Après «L’immédiat», «Duo Duende» et «L’empreinte», la chorégraphe de la compagnie De Porte en Scène, Eva Degois, continue à questionner ce qui touche à l’identité, l’origine et la mémoire, à partir du langage des mots, de textes comme de poèmes, pour révéler une signature et une poésie des corps. 

Avec «La danse de l’invisible», elle a souhaité collaborer avec l’artiste plasticienne Eva Debra Debreceni du duo Que Vous Ensemble pour qu’un langage abstrait, au-delà des mots, puisse être matérialisé.

Elles se sont retrouvées avec la musicienne Cécile Roux pour qui cette création empreinte le chemin de sa recherche artistique. 

La musicienne et la danseuse jouent aux frontières du son et du mouvement, dans une écoute fragile, en équilibre. 
Comme l’écrivaine, quelque-chose leur échappe, elles se retrouvent sur un fil incertain, dans un espace où se logent la mémoire et l’identité en constante mobilité. 
Elles se racontent dans l’instant. 

Au cœur de ce duo, la scénographie apporte une matière palpable et vivante, révélant ainsi l’invisible, la trace de ce qui est ancré en soi, l’absence présente, de ce qui nous échappe mais reste inscrit, comme l’oubli qui révèle ce qui a été.




jeudi 25 juillet 2019

L'EMPREINTE représentation danse-théâtre par un public migrant - CCN LE PHARE


«L’Empreinte» est le fruit d’un projet en commun entre les associations Trait d’Union, l’AREC et le CADA-Coallia du Havre et la Compagnie De Porte en Scène de Rouen.
Ensemble ces structures ont ouvert des ateliers danse écriture, «les mots dansés - Du tracé au mouvement», à destination du public migrant, pendant plus de 6 mois.
Au travers de ces ateliers le souhait était de partir du langage des mots, de l’écriture, du tracé, des signes, des dessins, ... pour aller vers le langage du corps et vice-versa.
S’est tissé alors un lien intime entre le corps des migrants et l’écriture, donnant naissance à une parole et une poésie des corps pour raconter ce qui ne peut se dire.
Au fur et à mesures des rencontres et des liens qui se sont entrelacés, les souvenirs se sont révélés et sublimés laissant place à une sorte d’empreinte des corps comme une signature faite de lignes, de courbes, de cassures, revendiquant des «no(ms)» pour continuer à exister ensemble, malgré tout.
Non comme Ulysse qui, masquant son identité, annonce au Chant 9 du poème de Homère dans L’Odyssée «Mon nom est personne et c’est ainsi que chacun me nomme», les migrants, eux, prôneront cette phrase haut et fort et avec leur nom inscrit, dans l’espoir aussi que la terre d’accueil ne soit plus très loin.




 


dimanche 4 décembre 2016

Réflexions... en mouvements!

C'est à partir de son Solo "L'immédiat", créé en 2016, que la danseuse, chorégraphe et directrice artistique Evita (Eva Degois) désire affirmer l'identité de sa Compagnie De Porte en Scène.

Ce solo est une rencontre avec elle-même et avec l'expression du corps dans sa vérité, dans ce qui l'anime véritablement et qui donne lieu à un corps expressif, communicatif, parlant, avec son propre langage.

"La danse la plus riche en combinaisons techniques d'attitudes corporelles ne sera jamais qu'un divertissement sans portée ni valeur si son but n'est pas de peindre en mouvement les émotions humaines." Jean-Georges Noverre (1727-1810)

La Compagnie De Porte en Scène considère la danse comme ex-pressive et même ex-pressionniste, se raccrochant ainsi à une des branches de l'histoire de la danse contemporaine, celle de la danse expressionniste allemande et la danse post-moderne suédoise.

Le corps tourné vers soi, en soi, consciencieux, se tourne en même temps vers le monde, il se relie au monde, en communion.
Le corps de la danseuse ex-prime et communique un langage singulier et universel, la parole du corps est ici "immédiate".

Ce solo s'inspire de l’œuvre d'Henri Michaux, L'Espace du dedans, au travers de son poème "Mouvements de l'être intérieur".
Et dans cet espace intérieur, la danseuse tente d'exprimer l'ineffable, au-delà des mots, dans l'immédiat, au cœur des émotions et de son être, pour transmettre et ex-primer ce qui la relie au monde, ce qui la traverse et touche l'autre, dans l'essence d'un langage des sens, de l'instinct, du primitif.

Dans cette recherche, c'est la question du langage, de l'identité, de l'origine, de la mémoire, de la conscience et de l'inconscient, dont il est question.
Le corps est habité et animé, le corps est au centre de L'Espace du dedans.

Qu'est-ce qui nous fait agir?
Qu'est-ce qui est à la base de la pensée?

Le désir, la colère, la peur, la tristesse, la joie, etc, toutes ces émotions  n'existent-elles pas avant les mots? Sont-elles l'essence même du langage, d'un langage?

Qu'est-ce qui nous relie à l'autre?
De quelle réalité sommes-nous faits qui peut être entendue et comprise par l'autre, par les autres?
Qu'avons-nous en commun?

L'art et la vie dépasse toute raison et tout raisonnement, nous restons sans mot face à l'inexplicable, l'indomptable.

La danse est ici ex-pressive et elle ex-prime la parole primitive et essentielle :
Comment affirmer une pensée, une identité, une histoire, une époque de façon plus pleine et proche de la vérité que par celle du corps?

Le corps devient expressif lorsqu'il est vécu pleinement, lorsqu'il touche à sa vérité, lorsqu'il est animé de sa propre vérité :
"la valeur du geste réside toute entière dans le sentiment qui l'anime", affirme Emile Jacques Dalcroze.

La danse et l'art est une rencontre avec soi et le monde, une communion parfaite, harmonieuse, au-delà de toutes choses, dans la folie humaine des êtres mouvementés ; une communion qui tend vers l'essence des choses.



Objectifs de la Compagnie :

- Donner accès à la danse pour tous, en tant qu'art considéré comme langage singulier et universel.

- Mettre en lien les mots et le corps pour affirmer une pensée, une identité et une différence, comme source principale d'inspiration.

- Créer une espace de rencontres et d'échanges, humains et artistiques.


EVITA (Eva Degois) Danseuse et chorégraphe